Messieurs les élus qui détenaient le pouvoir et l’argent, n’attendez pas que le dernier des anciens combattants de la guerre d’Algérie quitte le monde des vivants pour accorder et généraliser la campagne double.

Carte d’ancien combattant

Pour des raisons diplomatiques et sans tenir compte de la période d’insécurité, certains de nos amis ayant fait un séjour en Algérie de juillet 1962 à juillet 1964 ne peuvent pas obtenir la carte d’ancien combattant.

Il serait si facile de déclarer cette période comme « Opex Algérie » pour que nos amis puissent bénéficier de la carte. C’est à réfléchir ?

Les anciens avantages

Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, nos avantages sont grignotés petit à petit. Nous attendons toujours la création de la médaille du mérite du combattant pour récompenser les plus méritants d’entre nous. Ça ne coûterait pas un sou à l’état.

La demi-part des impôts

 Notre demi-part des impôts accordée aux anciens combattants âgés de plus de 75 ans a été supprimée.
Elle a été généralisée pour toutes les personnes âgées de plus de 74 ans.

Les reçus fiscaux

Nous n’avons pas le droit de délivrer des reçus fiscaux aux adhérents pour le paiement de leur cotisation d’adhérents.
Conformément à l’article 200 du code général des impôts, l’association qui délivre un reçu court le risque d’une forte amende. Alors attention!

Maison de retraite des anciens combattants

Certaines maisons de retraite appartenant à l’ONAC ont ou vont fermées ; tout en étant prisent en compte et gérées par le ministère de la santé.
Les EHPAD labellisés, c’est à la mode, c’est très bien mais les prix ne sont plus les mêmes. La convivialité et l’esprit de la culture d’anciens combattants disparaît.

Carte de transport urbain

Notre carte de transport gratuit ou avec une somme modeste a été supprimée dans notre ville de Toulouse. Les anciens combattants ou les personnes âgées n’ont plus cet avantage.
En France, plus de trente villes offrent les transports et bientôt Paris. Pour nous, c’est un handicap financier, c’est noter absence à certaines cérémonies.

Les anciens combattants se retrouvent sans aucun privilège, la foi a des limites. Georges CLEMENCEAU disait pour réconcilier l’être humain : « Il faut des actes, des actes. »
Un ancien combattant mérite la reconnaissance et le respect.